Maxime Pedneaud-Jobin

Maire de la Ville de Gatineau

Visite de la Première ministre du Québec, Pauline Marois, 27 février 2014 (Photo de Sylvain Marier)

Discours du 23 novembre 2013 au Gala de la chambre de commerce de Gatineau

 

Merci,

 

Monsieur le ministre,

Monsieur le président de la Chambre,

 

Bonsoir à vous tous,

 

Il s’est passé beaucoup de choses dans les derniers jours :

 

Organisation du cabinet, choix du personnel

Nominations des élus à des postes clés

Rencontres avec le personnel municipal

Appels aux leaders syndicaux

Discussions avec plusieurs  acteurs municipaux, régionaux et nationaux

Invitation à la Première Ministre, elle viendra nous voir, il ne nous manque qu’une date.  

Hier, annonce de changements importants au Rapibus

Après-demain, on commence l’étude du budget gatinois et le surlendemain on adoptera celui de la STO.

 

Oui, les choses vont vite.

 

Il y a beaucoup de changements en cours, et il y en aura beaucoup d’autres.

Gatineau est une ville dynamique dans les sports, dans les loisirs, dans la culture, elle a un potentiel économique énorme, elle est verte, elle est belle. J’entends lui donner, avec le nouveau conseil, un élan, une voix politique forte dont nos citoyens seront fiers.

Cet élan vous concerne directement et c’est pour cela que j’ai accepté de venir ici ce soir même si je devrais être couché.

 

Je tenais à réitérer devant vous certains engagements électoraux qui sont maintenant les engagements du maire.

 

Je voulais aussi vous demander de me donner un peu de temps, nos objectifs sont ambitieux.   

Avec Gatineau ville d’Affaires, nous voulons passer du slogan à la réalité.

 

Mettre en place un effet de guichet unique pour les entrepreneurs.

 

Procéder à un allégement significatif de la réglementation et des processus administratifs, et ce, en collaboration directe avec vous. J’ai déjà confirmé avec M. Normand que nous travaillerons en collaboration étroite en ce sens.

 

Exiger la révision de tous les dérapages récents dans la relation de Gatineau avec ses entreprises afin d’améliorer notre performance administrative.

 

Nécessaire. On devrait être un modèle.

 

Favoriser, par tous les moyens mis à notre disposition, l’achat local auprès des entreprises de notre territoire.


J’ai demandé un état de situation sur les frais de croissance dans les parcs industriels. Je vais déposer au conseil dans les prochaines semaines, une proposition quant à leur abolition. 

Nous voulons faire davantage de prospection des entreprises qui nécessitent une main-d’œuvre qualifiée pour qu’elles viennent s’installer chez nous. Le maire doit être associé ce démarchage.

Nous voulons reconnaitre que l’UQO est un de nos principaux outils de création de richesse. Donc la traiter comme un partenaire privilégié et exiger que Québec élimine son sous-financement.

 

Je suis présentement président de Développement économique CLD Gatineau. Je suis convaincu que le CLD doit pouvoir parler fort pour défendre les enjeux économiques régionaux et la présence du maire à sa tête, dans les faits, oblige le CLD à se taire à des moments où sa voix devrait être entendue. Je ne donnerai pas d’exemple, mais ils ont été nombreux dans les années passées. Je proposerai donc une révision de la gouvernance au CLD et, d’ici un certain nombre de mois, je n’en serai plus le président. Le monde des affaires aussi doit parler d’une voix forte.  

 

 En tant que maire, je serai un partenaire de tous les instants pour tous ceux et toutes celles qui veulent contribuer au développement économique et à la création d’emploi.

 

Je serai, avec vous, un ambassadeur de Gatineau partout au Québec, au Canada et dans le monde.

 

On sent, un peu partout à Gatineau, une volonté que des choses changent, que des décisions se prennent. Le politique doit en prendre, mais l’administratif aussi. 

 

Je voudrais donc vous présenter une personne qui sera au cœur de tous les changements que nous voulons faire à Gatineau. Il s’agit de la nouvelle directrice générale de la ville de Gatineau, madame Marie-Hélène Lajoie.

 

Je discutais récemment avec un homme d’affaires d’Ottawa qui me disait que selon lui, pour assurer le succès économique d’une ville  il fallait absolument que les hauts fonctionnaires municipaux soient bilingues. Je ne voulais pas trop m’engager dans la question linguistique… quand il a ajouté : ils doivent parler gouvernement et parler privé. C’est deux mondes aussi nécessaire l’un que l’autre et notre richesse vient notamment de la qualité de l’arrimage entre les deux. Je vous assure qu’une des grandes qualités de madame Lajoie est d’être bilingue.

 

Le mandat que l’on se donne tous les deux est ambitieux.

 

Il faut que notre ville, par son efficacité, par l’importance qu’elle donne au développement économique, envoie le message aux jeunes en particulier, mais aux gens d’affaires en général que notre volonté de diversifier notre économie, notre volonté de nous affranchir de notre dépendance à l’État est réelle, concrète, accompagnée par des actions.

 

Gatineau doit devenir un modèle en matière d’accompagnement des affaires.

 

Le défi est immense, il faudra beaucoup de temps, on va manger l’éléphant morceau par morceau, mais nous y arriverons.  

 

En terminant,  j’offre mes sincères félicitations à toutes les personnes, entreprises et organisations en lice pour un prix.

 

Vous serez notre inspiration dans le grand chantier que nous entreprenons avec vous.

 

Merci.

Discours du 6 novembre 2013 aux Culturiades

Bonsoir,

 

J’aimerais tout d’abord féliciter les candidats et lauréats qui se sont succédé sur la scène depuis le début de la soirée.

 

Gatineau peut être fière de compter des citoyennes et des citoyens dont la passion pour les arts et la culture est mise au profit de toute la collectivité.

 

Pour une 14e année, la Ville de Gatineau est heureuse d’être partenaire des Culturiades.

 

Cet événement est un bel exemple de la contribution des gensdu milieu culturel gatinoisà la création d’une identité forte et d’un sentiment d’appartenance collectif.

 

D’ailleurs, afin de stimuler la pratique artistique et l’accessibilité aux arts et à la culture, la Ville de Gatineau est fière d’investir, notamment, plus de 20 millions de dollars annuellement dans ses programmations culturelles et artistiques.

 

En 2013, la Ville de Gatineau a également soutenu 103 organismes culturels pour un investissement de plus de 800 000 $.

 

Enfin, 3,8 millions de dollars sont investis annuellement dans les priorités de notre politique culturelle 2012-2016.

 

 

 

 

 

Grâce à ces importants investissements, la Ville de Gatineau peut :

·      consolider la vitalité culturelle,

·      favoriser la concertation des acteurs et des organismes culturels,

·      accroître et promouvoir l’offre culturelle

·      et faciliter l’accessibilité à toutes les facettes de la culture.

 

Bref, nous investissons dans l’édification d’une ville toujours plus dynamique et créatrice, et dans le soutien aux artistes et artisans qui colorent et animent le quotidien des Gatinoises et Gatinois.

 

 

 

 

Je tiens enfin à remercier la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais, la FALCO, pour son magnifique travail, tout au long de l’année, bien sûr, mais encore plus particulièrement ce soir, dans l’organisation de ce gala.

 

Nos artistes et intervenants artistiques font battre le cœur de notre ville; il est essentiel de prendre le temps de souligner de façon formelle l’importance que nous accordons à leur contribution.

 

Je sais que vous avez toutes et tous très hâte de connaître le nom du lauréat ou de la lauréate du Prix Hommage Ville de Gatineau. Je cède donc la parole à l’animateur de la soirée…

 

Merci!

Discours du 29 novembre 2013 au Forum de l'industrie touristique.

Bonjour,

 

C’est avec plaisir que je me joins à vous, ce matin, pour ouvrir ce Forum de l’industrie touristique de l’Outaouais.

 

Toute comme madame Teixeira, je suis nouveau dans mon poste. Ça fait seulement 20 jours ouvrables que je suis au travail, j’ai l’impression que ça fait des mois et mon horaire reste extraordinairement chargé.

 

Je tenais quand même à être ici pour plusieurs raisons.

 

La première est que, comme industrie, vous être importants pour la santé économique de notre ville et de notre région. Juste pour Gatineau, le tourisme entraîne des retombées économiques de plus de 128 millions de dollars.

 

La seconde raison d’être ici est  que la rencontre d’aujourd’hui se situe dans un contexte important.

 

Vous le savez, Gatineau et la région touristique de l’Outaouais ont été reconnues par le gouvernement du Québec comme porte d’entrée officielle du Québec, il est essentiel pour nous de saisir cette occasion pour continuer à travailler sur les atouts régionaux que nous voulons mettre en valeur pour faire connaître notre région au Québec et ailleurs.

 

Le forum d’aujourd’hui est donc un outil de plus pour améliorer notre capacité régionale de travailler ensemble et de parler fort pour notre région.

 

Finalement, je suis ici pour en quelque sorte vous rassurer sur un enjeu particulier. À travers le projet Destination Gatineau, le tourisme a été présent durant la campagne électorale municipale. Je pense qu’il faut s’en réjouir, la ville est un acteur régional important et le débat public ne doit pas porter uniquement sur les enjeux administratifs municipaux mais également sur tout ce qui concerne notre région.   

 

Sur Destination Gatineau, la discussion au conseil ne fait que commencer mais je tiens à vous rassurer sur un aspect de cette discussion.

Nous avons nos différences sur ce que doit être la priorité municipale, ce sera le cœur de notre discussion à venir. Toutefois, tout le monde s’entend sur l’importance de mettre en valeur l’extraordinaire potentiel touristique que nous avons. Tout le monde s’entend là-dessus et là-dessus, Gatineau sera une alliée de tous les instants pour l’industrie touristique.

 

Peu de villes sont traversées par autant de rivières et par des rivières aussi belles.

 

Aucune ville n’a notre histoire industrielle.

 

Nous avons été le pôle principal de l’industrie du bois en Amérique du Nord.

 

Nous avons été le lieu de luttes ouvrières, comme celles des allumettières à Hull ou des travailleurs de Buckingham, qui ont influencé les relations de travail partout au pays.

 

Tous les grands explorateurs, tous les grands leaders autochtones, britanniques ou français se sont tenus debout devant les chutes Chaudières pour les admirer et pour s’y recueillir.

 

Du rocher à l’oiseau jusqu’à la Petite-Nation en passant par l’île Kettle et le parc des cèdres, notre histoire est aussi riche que nos paysages sont beaux.

 

Il faut mettre ces atouts en valeur.

 

Le Québec, le reste du Canada et le reste du monde doit nous connaître. Ce que nous avons à offrir est trop beau pour le garder pour nous.  

 

Là-dessus, nous nous entendons, et là-dessus, nous voulons agir.

 

Les projets sur la table sont nombreux, sur l’ensemble de notre territoire. À Gatineau comme dans le reste de la région, notre priorité devra être, justement, de bien définir nos priorités.

 

Ce défi politique est simple à nommer, ce sera difficile de le relever, mais je suis convaincu que nous le ferons.

 

Le nouveau conseil municipal veut le relever et se donner des orientations claires.

 

Mais ce défi est aussi un défi régional. Nous ferons donc une première étape au conseil, mais nos gestes ne peuvent pas être isolés des vôtres, penser le tourisme, c’est penser la région.

 

Donnez-nous un peu de temps pour nous parler entre nous et par la suite nos efforts serons communs. 

 

Je tiens à remercier tous les partenaires de l’industrie de la région de l’Outaouais, grâce à vous notre offre touristique régionale est toujours plus diversifiée.

 

Je vous souhaite à toutes et à tous une journée riche d’échanges qui nous permettra de regarder vers l’avenir avec enthousiasme.

 

Bon Forum!  Merci.

 

Conférence de presse de la FCM du 26 février 2014

Suivant le caucus des grandes villes tenu ce matin-là, c'est le moment avec les maires d'autres villes québécoises pour nous exprimer sur les enjeux touchant la FCM, principalement le logement et l'infrastructure.

  

En tournage pour la capsule de lancement du blogue

Point de presse avec des étudiants de la Cité Collégiale après le conseil municipal du 18 février 2014

Capsules sur le budget 2014

Voici 3 capsules préparées dans le cadre de l'adoption du budget 2014 de la Ville de Gatineau. Elles ont été diffusées sur internet et les médias sociaux dans la semaine du 16 décembre 2014.


Présentation du budget 2014: un budget de transition

 


Pourquoi une hausse de taxe de 2,9%?

 

La révision des dépenses

 

 

Jour 65

Ce matin, caucus des grandes villes du Canada, tenu à l'hôtel-de-ville d'Ottawa. Toujours un bel accueil du maire Watson. Je rencontre les maires de Vancouver, Calgary, Edmonton, Saskatoon, Kitchener, Surrey, St John's, Mississauga, Halifax, Toronto, Montréal, Québec, Laval, etc. Les maires présents représentaient 65 % de la population canadienne. Oui, les villes sont un pallier de gouvernement incontournable. À l'ordre du jour, la crise du logement, surtout le désengagement fédéral dans le logement social, le nouveau programme fédéral des infrastructures, des gains, mais de grosses pertes, notamment le fait que les infrastructures sportives et culturelles ne soient plus admissibles et, finalement, la nécessité que les villes soient consultées sur les changements à Postes Canada. Nos quartiers, surtout les vieux quartiers, seront directement affectés. À la fin de la première rencontre, point de presse devant une cinquantaine de journalistes, exercice assez intimidant. En après-midi, je dois quitter et je suis remplacé par la conseillère Sylvie Goneau. En pm, plusieurs rencontres pour préparer la journée de demain (visite de madame Marois), la journée d'après-demain (bilan des 100 jours du conseil) et la journée de lundi (touche finale de la préparation du Lac-à-l'épaule). En soirée, révision des trois discours à prononcer demain.

Jour 64

J'ai hâte à la semaine de relâche! On commence la journée en plénier avec les élus par une présentation sur l'ensemble des projets au centre-ville. On en a pour plus de 100 millions, il faudra faire des choix. Par la suite, présentation sur l'état de nos infrastructures... une autre raison de faire des choix. Présentation suivante : traitement de l'agrile du frêne. Un désastre pour nos arbres, il faut limiter les dégâts. Tout l'après-midi se passe en huis clos. On discute notamment d'enjeux de ressources humaines et de l'organisation du lac-à-l'épaule. Avec les présentations d'aujourd'hui se termine en quelque sorte l'initiation du nouveau conseil aux enjeux gatinois. À partir de maintenant, nous serons moins en mode pédagogie et plus en mode décision. La soirée est consacrée à la révision de trois discours pour jeudi et à l'étude des documents pour demain, caucus des grandes villes canadiennes à Ottawa. Au courant de la journée, on distribue aux élus une lettre du député et ancien chef du Parti Libéral du Canada, Stéphane Dion, qui donne son appui aux villes de Gatineau et d'Ottawa dans leur quête d'un siège au CA de la CCN. Je lui ai parlé au téléphone hier, son appui est une excellente nouvelle.